Disabled Little Boy and Brother

Nos droits

Les personnes ayant une déficience intellectuelle courent cinq fois plus de risques d’être victimes d’abus, car elles ignorent leurs droits. C’est pourquoi nous aidons les personnes atteintes de déficience intellectuelle et leur famille aux mieux connaître.

Nous avons dressé une liste de lois, de textes législatifs et de chartes qui pourraient leur servir. Pour en savoir plus, cliquez sur l’un ou l’autre d’entre eux.

Grâce à la Loi sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario (LAPHO), les entreprises et organismes savent maintenant qu’ils sont tenus de fournir un accès au transport, au service à la clientèle, à l’information et aux communications, à l’emploi et à tout bâtiment ou espace extérieur aux personnes ayant une déficience.

La Charte canadienne des droits et libertés énonce que chaque Canadien a droit à la liberté de religion, de pensée, de contestation, d’expression et d’association. Chaque Canadien a également le droit de vote, à la vie, à la liberté, à l’égalité et à la sécurité. De plus, chaque Canadien a droit à la protection contre tous traitements ou peines inusités.

Parfois, nos droits sont bafoués malgré toutes les mesures que nous avons prises. C’est pourquoi la Commission canadienne des droits de la personne a été créée. Lorsque les droits d’une personne ne sont pas respectés, la commission accorde l’attention nécessaire à chaque plainte.

L’un des traités des Nations Unies (ONU) comprend un ensemble de droits et de libertés pour les personnes ayant une déficience intellectuelle partout dans le monde. Chaque pays membre de l’ONU doit promouvoir, protéger et accorder ces droits et libertés. Comme le Canada est membre de l’ONU, il est tenu de respecter ce traité, aussi connu sous le nom de Convention relative aux droits des personnes handicapées.

La Direction générale de l’accessibilité pour l’Ontario et le groupe Freedom from Harm ont pour mission d’assurer les respects de ces droits.